Nourrir le chien-2

     III / Conséquences de l’aliment industriel

 La proportion élevée de céréales peut être à l’origine de certaines pathologies.

En effet, ces céréales, majoritairement obtenues parce qu’elles sont le rebut de l’alimentation humaine (n’ayant pas satisfait pour diverses raisons à l’examen des acheteurs premiers) sont essentiellement composées de glucides –dont je le rappelle  le métabolisme des carnivores n’a que très peu de besoins- pour lesquels l’appareil enzymatique de l’intestin n’est pas équipé. Il en résulte un phénomène bien connu avec ces molécules mises en présence d’une flore bactérienne: la fermentation. Celle-ci débouche sur la production de gaz en grande quantité. Au final, le carnivore émet des flatulences  malodorantes qui sont la plupart du temps, du fait de cette fermentation.  Le pancréas (glande produisant les hormones qui régulent les taux des glucides, tant- dans le sang que dans les cellules) vient souvent à souffrir de cet excès de travail d’où de fréquentes insuffisances pancréatiques.

  • La cuisson des protéines modifie les chaînes d’acides aminés, ce qui les rend en grande partie inutilisables puisque les groupements biochimiquement actifs ont été dénaturés; de plus de nombreux minéraux sont perdus. Même si l’on donne au chien l’eau de cuisson, ces minéraux sont en grande partie inutilisables.

Par ailleurs, le chien n’a pas les mêmes besoins en acides aminés que les herbivores. Ceux dont il a besoin sont en grande partie contenus dans la viande crue. Sans ces aminoacides, le chien ne peut pas produire de cellules saines ou développer un système immunitaire résistant.

  • Les graisses contenues dans la nourriture industrielle sont traitées avec des agents conservateurs tels que l’ethoxyquine, BHA (butylhydroxyanisol) ou encore BHT (butylhydroxytoluène). Ces agents peuvent ralentir la formation de globules blancs, affaiblir le système immunitaire, interdire l’absorption des glucides. B. Ces conservateurs ne sont pas autorisés pour l’alimentation humaine, car ils sont soupçonnés de provoquer des cancers.
  • Les acides gras oméga 3 sont souvent totalement absents car il sont difficiles à conserve

Ainsi donc, la nourriture cuite est totalement morte. Vitamines, minéraux, enzymes et acides aminés sont détruits ou rendus inefficaces. Certains fabricants les introduisent après cuisson, mais il s’agit souvent de composés chimiques très bon marchés.

Dans le meilleur des cas, le chien soumis à  la consommation de l’aliment industriel survit en donnant l’impression d’être en pleine santé. Pourtant les maladies sont très fréquentes. Le système immunitaire est affaibli par le manque d’enzymes, d’acides aminés, anti-oxydants et acides gras essentiels. Le pancréas ne fonctionne plus correctement. La digestion est laborieuse, la peau est en souffrance les yeux larmoient, les otites sont fréquentes. Les selles sont énormes et malodorantes.

En plus de cela, l’absorption de nutriments corrompus et de qualité secondaire amène à des modifications structurelles dans la construction des molécules complexes et qui sont, de ce fait, mal reproduites. Si celle-ci ne se retrouvent être souvent inutilisables et subséquemment mises au rebut et dégradées, il arrive qu’elles soient néanmoins intégrées dans des cellules, au niveau des gênes, de l’ADN, menant à l’arrêt de fonctionnement d’un processus, généralement biochimique,  ou à la malfaçon d’un organite cellulaire qui dès lors ne peut plus fonctionner correctement.

Cela ouvre la possibilité de voir apparaître des mutations du génome, majoritairement sans conséquence, mais parfois donnant naissance à des déficits fonctionnels très graves.

La conséquence de la consommation exclusive de ces aliments composés en grande partie de céréales de toutes sortes de résidus de l’industrie agro alimentaire, est:  la fréquence toujours grandissante des maladies dégénératives telles que  allergies, pancréatites,    affaiblissement des fonctions rénales et hépatiques, diminution de la fertilité,  problèmes ostéo-articulaires avec pour aboutissement les  dysplasies  acquises par une alimentation carencée alors que les géniteurs étaient, eux, indemnes de dysplasies sur de nombreuses générations, cancers,

Bien sûr, Il existe aujourd’hui des aliments diététiques industriels sensés soigner ces symptômes, qui ne sont apparus qu’à cause de cette nourriture industrielle.

Si les conséquences n’étaient pas si graves, on pourrait presque en rire !

Pour finir remarquons que si un organisme nécessite au moins 10 000 ans pour s’adapter à un changement radical de régime alimentaire, nos chiens n’ont eu à ce jour qu’au maximum 60 ans. Durant ces soixante années de mauvaise alimentation, l’état de santé général de nos chiens s’est détérioré.

 

En conclusion: la croquette est un aliment qui n’est en aucun cas adapté au chien et encore moins au chat qui est un carnivore strict.