L’alimentation du chien

Nous le savons tous aujourd’hui, la santé (bonne ou mauvaise), la nôtre tout comme celle de nos compagnons à 4 pattes, est directement liée au mode de vie en général et à l’alimentation en particulier.

Nous ne pouvons que regretter que de nombreux propriétaires de chiens et de chats aient abandonné cette responsabilité à l’industrie. En fait les malheureux ont fait confiance aux arguments publicitaires de l’industrie du pet food qui préfère alimenter son développement plutôt que de nourrir vos chiens et chats dans le respect de  leur  physiologie.

La conséquence de la consommation exclusive de ces aliments composés en grande partie de céréales de toutes sortes, de résidus de l’industrie agro alimentaire, est  la fréquence toujours grandissante des maladies dégénératives telles que  Cancers, allergies, pancréatites, insuffisance pancréatique,   affaiblissement des fonctions rénales et hépatiques, diminution de la fertilité,  problèmes ostéo articulaires avec pour aboutissement les  dysplasies  acquises par une alimentation carencée alors que les géniteurs étaient eux indemnes de dysplasies sur de nombreuses générations.

Si un organisme nécessite au moins 50 000 ans pour s’adapter à un changement radical de régime alimentaire, nos chiens n’en ont eu à ce jour que 60. Durant ces soixante années, l’état de santé général de nos chiens s’est détérioré.                                     C’est la conséquence d’une mauvaise alimentation.

Ce qu’est l’alimentation industrielle.

Très peu de possesseurs de chiens sont au courant de la nature des « délicieuses choses » qui composent cette alimentation. Beaucoup font état des conservateurs chimiques et des exhausteurs de goût, mais il existe de nombreuses marques qui ne les mentionnent pas. Leurs produits sont néanmoins prévus pour être consommés jusqu’à un an après leur date de fabrication bien qu’ils ne donnent pas de justification valable qui puisse l’expliquer sans adjonction d’un quelconque conservateur.

Il est un fait avéré que les fabricants d’aliments industriels achètent leurs matières premières alors qu’elles contiennent déjà les produits conservateurs. De cette manière, ils n’ont pas besoin de les ajouter et donc de les déclarer comme tels…. Quand sur un conditionnement figure la mention « sans conservateur », cela signifie seulement que le fabricant n’a pas ajouté ce conservateur (puisqu’il est déjà dans la matière première…)

La problématique provient également du manque de transparence sur la provenance et la qualité des différents composants.

Il faut d’abord savoir ce qui est autorisé sous le vocable de « sous-produits animaux », « farine de viande de volailles », « farine de poissons » et « farine d’os ». Partant, certaines parties des animaux qui servent à l’élaboration de ces nourritures industrielles (becs, pattes, plumes, fèces de volailles ; sang, peau, sabots, testicules, matières fécales, urines de bovins), des déchets de l’industrie alimentaire humaine se retrouvent dans les croquettes de marque. Les plumes, sabots, becs etc… contiennent de grandes quantités d’azote qui sont comptabilisées dans les analyses finales comme protéines azotées et en augmentent artificiellement le taux. Or, ces produits sont peu digestes pour le chien et très peu profitables à sa santé.

Tout ces aliments pour chiens sont en grande partie composés de céréales (60 à 90 %). Les fabricants sont loin de s’en vanter : ils essaient en effet de masquer ce fait gênant en listant séparément les différentes sortes de céréales. Cela leur permet d’affirmer que la farine de viande est l’ingrédient principal, alors que si l’on considère la proportion totale des farines de céréales, elles apparaissent clairement comme ingrédient dominant.

Au cours de la fabrication, l’aliment est porté a une très haute température, ce qui à pour conséquence la destruction de toutes les vitamines, enzymes, acides aminés et acides gras essentiels. Alors que beaucoup de médicaments et anesthésiants résistent à ces traitements. Il n’existe en effet aucun test cherchant à repérer ces substances. Vous êtes-vous déjà posé la question du devenir de nos chers compagnons décédés ? Si vous ne prenez pas la précaution de les faire incinérer,  ou de les confier à un service funéraire, ils finissent à l’équarrissage puis en farines de viandes et d’os!

L’on peut ajouter que la plupart des fabricants de farines animales ne prennent pas soin d’enlever les colliers d’animaux morts  pas plus que les boucles des bovins ou encore les emballages plastiques de viandes de supermarché périmées.

Un autre de leur ingrédient favori est la betterave, qui à comme effet de solidifier et d’assombrir les excréments des chiens. Il s’agit là d’un argument de vente souvent utilisé.

Ces fabricants aiment bien utiliser des termes tels que cellulose.(matériau le plus important de la paroi des cellules végétales ; la molécule de cellulose est un polymère monotone uniquement constitué de cellobiose = 2 glucoses liés en bêta 1-4), qui en fait un terme apparemment  innocent pour désigner la sciure de bois. En d’autre terme, un aliment en aucun cas adapté à un chien.

Le chien est un carnivore !

Comme son ancêtre le loup, le chien appartient à la catégorie des carnivores. Notons que le loup ne mange pas exclusivement de la viande, mais aussi et en petites quantités: des racines, baies, fruits ou encore les excréments des herbivores. Mais le loup se nourrit essentiellement de gros gibier, mangeant tout sauf les  os, sauf la fourrure , mais consomme parfois le contenu de l’estomac.

Le chien a les crocs d’un carnivore, avec de puissantes canines pour saisir sa proie et des molaires tranchantes lui permettant de déchiqueter viandes et os.

Contrairement aux herbivores, la salive du chien, qui n’est pas produite en grande quantité,  ne contient aucune enzyme digestive. Elle ne sert que de lubrifiant destiné à faciliter la déglutition (avaler les gros morceaux qui composent habituellement la nourriture des carnivores).
Le liquide gastrique du chien contient 10 fois plus d’acide chlorhydrique que celui de l’homme. En phase de digestion, le pH de l’estomac descend jusqu’à 1 contre  3 pour l’homme (ce qui, compte tenu de l’échelle logarithmique que représente l’échelle de pH, fait une acidité 10 à 100 fois plus importante).  La production des liquides digestifs est déclenchée par la présence de viande crue dans l’estomac.

Le chien a un intestin très court, il ne met que 8 h pour digérer  la viande crue, alors qu’un herbivore peut digérer pendant 4 ou 5 jours.

Tout ces faits prouvent que le chien est incontestablement un carnivore, et que par conséquent une alimentation à base de farines de céréales est plus qu’inadaptée.

La consommation de céréales peut causer certains problèmes chez le chien. Particulièrement la production insuffisante de liquide gastrique à cause de l’absence de stimulation par la viande. Ceci a pour conséquence de conduire à des diarrhées, indigestions ou encore des torsions de l’estomac. Le pancréas (glande produisant les enzymes qui  digèrent les céréales) est surmené, induisant une insuffisance pancréatique. Le système digestif du chien n’est donc aucunement adapté à de grandes quantités de nourriture à base de plantes.

Le fait de cuire des protéines modifie les chaînes d’acides aminés, ce qui les rend en grande partie inutilisables pour le chien. Cela les rend indigestes, et de nombreux minéraux sont perdus. Même si l’on donne au chien l’eau de cuisson, ces minéraux sont en grande partie inutilisables. Le chien a un autre besoin en acides aminés que les herbivores, et ceux dont il a besoin sont en grande partie contenus dans la viande crue. Sans ces aminoacides, le chien ne peut pas produire de cellules saines ou développer un système immunitaire résistant.

Les graisses contenues dans la nourriture industrielle sont traitées avec des agents conservateurs tel que l’ethoxyquine, BHA (butylhydroxyanisol) ou encore BHT (butylhydroxytoluène). Ces agents peuvent ralentir la formation de globules blancs, affaiblir le système immunitaire, interdire l’absorption des glucides. Ces conservateurs ne sont pas autorisés pour l’alimentation humaine car on les soupçonne de causer des cancers. Les acides gras oméga 3 sont souvent totalement absents car il sont difficiles à conserver.

On peut dire que la nourriture cuite est totalement morte: Vitamines, minéraux, enzymes et acides aminés sont détruits ou rendus inutilisables. Certains producteurs les rajoutent après cuisson, mais il s’agit souvent de composés chimiques trop bon marché.

Dans le meilleur des cas, le chien survit en donnant l’impression d’être en pleine santé. Mais les maladies sont très fréquentes. Le système immunitaire est affaibli par le manque d’enzymes, d’acides aminés, anti-oxydants et acides gras essentiels. Le pancréas ne fonctionne plus correctement. Le manque d’hygiène dentaire entraîne la formation de tartre et des infections chroniques de la gueule de chien, qui, elles aussi, affaiblissent le système immunitaire. Il a été démontré que la gingivite (inflammation de la gencive) qui en découle a ce  même effet.

Il existe aujourd’hui des nourritures diététiques industrielles pour soigner ces symptômes, qui ne sont apparus que à cause de cette nourriture industrielle. Si les conséquences n’étaient pas si graves, on pourrait presque en rire.

Que faire?

Ces dernières années, de nombreux éleveurs et propriétaires de chiens se préoccupent de plus en plus de la nourriture qu’il donnent à leurs animaux. Beaucoup d’entre eux se sont tournés vers la nourriture naturelle – qui correspond à l’espèce – basée sur la viande crue.

De nombreuses personnes nourrissent leurs chiens de viandes crues et obtiennent des résultats surprenants sur leur santé. Les problèmes cutanés disparaissent, les chiens sont plus énergiques, les chiennes plus fertiles, et les chiots grandissent mieux et avec une complémentation adaptée ils sont plus solides (ligaments). Beaucoup de problèmes de santé s’améliorent, et peuvent même totalement disparaître avec une alimentation biologiquement adaptée.

Pour une alimentation naturelle, il faut essayer de reproduire l’alimentation d’un canidé vivant à l’état sauvage. Comme il est impossible de nourrir son chien uniquement avec des animaux vivants, il faut s’intéresser de près à ses besoins alimentaires. Il ne faut pas non plus ne donner que de la viande, ce qui conduirait à un déséquilibre alimentaire. Il faut tenir compte de l’âge du chien et de son exercice quotidien.  Il est important que le chien soit nourri en quantité suffisante avec tous les aliments dont il a besoin auxquels on ajoute  les nutriments qui se trouvent dans les compléments alimentaires que nous commercialisons.

De nombreux sites, forums informent de façon incomplète en faisant de graves erreurs (consommation d’os, d’abats + trop de légumes et (ou) fruits aux conséquences lourdes sur le plan digestif )

Courage, cette méthode est beaucoup plus simple que l’on croit ! lire  ma méthode qui donne de super résultats depuis 45 ans en suivant ce lien

Préjugés

Beaucoup de propriétaires de chiens ont des réticences vis a vis de l’alimentation en viandes crues, car les fabricants de nourriture industrielle et les vétérinaires mettent en garde de façon alarmante.

Cette alimentation serait très dangereuse, le chien pourrait être infesté par des parasites et infecté par des salmonelles. « Seule la nourriture industrielle peut combler les besoins alimentaires du chien.  La nourriture crue est beaucoup trop chère et prend trop de temps à préparer » dit on.

Comme nous l’avons déjà expliqué dans les paragraphes précédents, le chien possède l’appareil digestif d’un carnivore. Ce qui veut dire qu’il est prévu pour digérer de la viande crue, s’ils sont donnés, les os eux sont déconstruits et pas digérés, et le calcium qu’ils contiennent n’est pas assimilé. Dans la rubrique « conseils » vous trouverez l’article sur les salmonelles qui ne posent aucun problème à un organisme sain.

L’équilibre d’une alimentation carnée  ne s’obtient pas au quotidien, mais sur plusieurs semaines, comme dans la nature.

La nourriture BARF n’est pas plus chère ou plus longue à préparer que de la nourriture industrielle. Au début, on a toujours tendance à penser que le chien manque de quelque chose. De bons compléments, + de la bonne viande crue, et la gamelle est très vite prête et le chien est en excellente santé. Nombreux sont les témoignages de propriétaires dont les animaux boudaient leurs croquettes, et ont retrouvé le plaisir de manger leur viande crue.

« La viande crue rend méchant ! »Mensonge . Les chiens défendent leur « gamelle » contre d’autres chiens, mais pas contre leurs maîtres! Qui croquerait la main qui nourrit?  De plus, un chien, tout comme un enfant, s’éduque et il comprend vite que l’homme n’est pas un concurrent pour la nourriture….

Avantages :

Pas de tartre
Pas de mauvaise odeur de la gueule du chien
Moins de parasites
Système immunitaire fort
Moins d’excréments
Ligaments et tendons plus résistants.
Meilleure musculature
Soulagement en cas d’arthrose
Moins de problèmes de croissance
Moins de risque de torsion d’estomac.
Poil plus soyeux et plus doux.

En pratique

Comme les chiens sont très différents, il est important de bien les observer et d’adapter la nourriture et sa quantité  à leurs besoins spécifiques.

La viande doit être donnée en gros morceaux car le fait de mâcher pourrait être très important pour l’hygiène dentaire?           Sauf que, et nous l’avons dit plus haut,  le chien avale tout rond sa gamelle,  (morceaux ou pas) car sa salive ne possède pas d’enzymes digestives (contrairement à nous qui devons mâcher longuement pour une bonne digestion).. Il faut donc nourrir le chien deux fois par jour et ajouter à chaque repas les nutriments indispensables à sa bonne santé qui sont contenus dans les compléments spécifiques.